By URL
By Username
By MRSS
Enter a URL of an MRSS feed
 
or

Un jeu symbole du paradoxe cubain. Il fait fureur chez les jeunes de la Havane. Toute la modernité d’un vidéo game en 3D pour incarner les héros de la révolution. Dans la peau de Fidel et du Che pour le clash décisif qui renversa Batista. Le culte de la révolution et de ses héros est encore bien présent sur l‘île des caraïbes, l’un des derniers bastions du communisme au monde, en ce 55ème anniversaire. Le 1er janvier 1959, Fidel Castro et ses troupes marchaient triomphalement sur la Havane Hier, son frère Raul, qui a pris la succession du lider maximo en 2008 présidait les cérémonies d’anniversaire, glorifiant l’esprit de la révolution dans le changement: “Le programme de la révolution sera mis à jour tous les cinq ans afin de toujours pouvoir répondre aux vrais intérêts du peuple, la poursuite du développement et l’accroissement de notre démocratie sociale, et de corriger rapidement les erreurs.”C’est le défi de Cuba depuis quelques années déjà, réformer tout en maintenant l’héritage. Des réformes économiques -les réformes politiques sont encore loin… – qui s’accentuent ces derniers temps. Crise oblige. S’ouvrir au marché, aux investisseurs… Des réformes qui produisent graduellement leurs effets. 400 000 travaillent désormais à leur compte, les petits commerces florissent. Et dernière grosse annonce en date, l’ouverture de l‘île aux voitures importées. “C’est génial que nous puissions acheter des voitures sans avoir besoin d’une autorisation, dit ce chauffeur de taxi. Pour être franc, ces voitures commencent à tomber en morceaux”.Mais point trop n’en faut. Ce 1er janvier, c’est aussi le délai imposé aux vendeurs de vêtements importés pour liquider leur marchandise. Finis les stands et petits magasins où l’on pouvait acheter moins cher des vêtements venus de l‘étranger. Trop de concurrence avec l’Etat. “On va voir ce qu’on va faire. Trouver un autre emploi, faire quelque chose : on ne peut pas être sans travail. Nous pensions que cela allait changer et qu’ils...