By URL
By Username
By MRSS
Enter a URL of an MRSS feed
 
or

Hollande : la leçon de patriotisme Ce 11 novembre 2013 revêt une dimension particulière. En cette journée de commémoration de l’armistice et de « tous les morts pour la France », le pays entre dans la célébration du centenaire de la Grande Guerre. Un conflit meurtrier qui a changé le monde et hante encore l’inconscient collectif. Au lendemain de la Première Guerre mondiale, le message des commémorations du 11-Novembre était clair pour tous : « Plus jamais ça ». Certes, l’Allemagne ayant signé l’armistice, le 11 novembre 1918 signifiait la victoire. Mais le bilan de ces quatre années de combats acharnés, d’une barbarie quasiment sans précédent, était effroyable et cette Grande Guerre avait fait basculer l’Europe dans un autre siècle. 72 pays engagés dans le conflit, cinquante-et-un mois de boue et de tranchées, neuf millions de morts, vingt-et-un millions de gueules cassées, de mutilés, de gazés dont plus de quatre millions de Français, pratiquement aucune famille épargnée dans le pays… Afin de garantir que cette boucherie du XXe siècle soit bien « la Der des Ders », les survivants honoreraient la mémoire des combattants morts pour la patrie, et célébreraient la paix. Aujourd’hui, en ce 11 novembre 2013, le « message de paix » reste au cœur de ces commémorations, comme l’a rappelé François Hollande la semaine dernière, et le pays entre dans un long cycle des célébrations du centenaire de la Première Guerre mondiale. Ce lundi, après avoir ravivé la flamme du soldat inconnu sous l'arc de triomphe des Champs-Elysées, le chef de l’Etat s’est rendu à Oyonnax, là où en 1943, 200 maquisards avaient rendu hommage aux héros de la Grande Guerre alors que le régime de Vichy l’interdisait. L’occasion pour François Hollande d'exalter le courage, le patriotisme et le rassemblement dans un discours à forte tonalité politique. Sans faire une référence explicite aux huées dont il a fait l'objet le matin même sur les Champs-Elysées, le président de la République a ainsi appelé...